Matières premières : La meilleure classe d’actifs de 2018 jusqu’à ce jour

Courtesy of: Visual Capitalist

Matières premières : La meilleure classe d’actifs de 2018 jusqu’à ce jour

Le supercycle des produits de base revient-il d’entre les morts ?

Pour l’instant, une telle revendication pourrait peut-être être considérée à la fois audacieuse et prématurée – mais il semble y avoir des preuves convaincantes qui s’accumulent pour l’étayer.

LA COURTEPOINTE DE L’ACTIF

Selon le plus récent « Asset Quilt of Total Returns » de Bank of America Merrill Lynch, les matières premières sont la classe d’actifs la plus performante de 2018 jusqu’à présent. Le graphique, qui montre le rendement total des catégories d’actifs au fil des ans, présente un rendement annualisé de 22,7 % depuis le début de l’année.

Juste derrière, il y a l’or, qui se situe à 11,6 % sur une base annualisée :

Rang Rendement total des catégories d’actifs (2018*)
1 Matières premières 22,7 % 22,7
2 Or 11,6 % Or 11,6
3 Actions (marchés émergents) 6,5% 6,5%.
4 Actions (S&P 500) 6,3 % 6,3 %.
5e rang des actions (Europe, Australasie, Extrême-Orient) 5,9 %.
6 Obligations mondiales (rendement élevé) 3,4 %.
7 Encaisse 1,4 % Encaisse 1,4
8 Obligations mondiales (Investment Grade) -2,0% -2,0%.
9 Titres du Trésor américain -5,7 %.
10 Immobilier -14,6 %*Ces rendements sont annualisés afin de les comparer à ceux des années précédentes.
Il est intéressant de noter que les matières premières n’ont pas été en tête du palmarès de BAML depuis les années 2000 et 2002, qui étaient au début du dernier supercycle des matières premières.

A DEEPER DIVE

Voici comment les produits de base se sont comportés de 2000 à 2018, selon les rendements annuels. Si le secteur des produits de base maintient le rythme pour le reste de 2018, ce sera la meilleure année pour la catégorie d’actifs depuis 2003.

Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

Pour diverses raisons, les matières premières ont rebondi au cours des trois dernières années.

Le retour des prix du pétrole a contribué à ressusciter le secteur. Ironiquement, la demande prévue de métaux provenant de l’énergie renouvelable – qui sera utilisée pour sevrer la société de la consommation de combustibles fossiles – est également un moteur massif derrière les produits de base à l’heure actuelle.

Non seulement les métaux de base comme le cuivre, l’aluminium et le nickel sont essentiels pour « l’électrification de tout », mais des matériaux moins connus comme le lithium, le cobalt, les terres rares, le vanadium, l’uranium et le graphite jouent également un rôle essentiel. Ils font tout, depuis les batteries au lithium-ion et au vanadium jusqu’aux aimants permanents qui produisent de l’électricité à partir d’éoliennes.

L’environnement d’investissement dans les matières premières est le meilleur depuis 2004-2008.
Goldman Sachs, février 2018

Il n’est pas surprenant de voir comment les métaux et les produits énergétiques se sont comportés depuis le 1er janvier 2016 :

Variation du prix des produits de base (depuis le 1er janvier 2016)
Vanadium 459 % Vanadium 459
Cobalt 277%.
Palladium 88%.
Pétrole (WTI) 86 %.
Nickel 72% Nickel 72%.
Aluminium 70 % 70
Cuivre 46 % Cuivre
Or 26 % Or
Argent 24
Gaz naturel 21 % 21
Platine 7% Platine
Charbon -8%.
Uranium -40% -40%.
Certains métaux mineurs, comme le vanadium, ont augmenté de plus de 400 % au cours des deux dernières années. Cela soulève la question suivante : quelle place pourrait-il rester pour l’appréciation des prix ?

POTENTIEL DE SUPERCYCLE

Comme Frank Holmes de U.S. Global Investors l’a décrit dans un article récent, le dernier boom a été si prolifique qu’investir dans un indice de matières premières (comme le S&P GSCI) en 2000 aurait permis d’obtenir l’équivalent de 10 % de rendement annuel pendant dix ans.

Il a également partagé ce graphique, qui montre le rapport en valeur entre les matières premières et le S&P 500 :

En d’autres termes, les matières premières semblent être plus sous-évaluées que jamais au cours des 20 dernières années, du moins par rapport aux indices boursiers tels que le S&P 500.

Même si le ratio ci-dessus revient à la médiane de 3,5, il est clair qu’il pourrait y avoir encore beaucoup d’opportunités disponibles dans le secteur pour les investisseurs.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s