La Servitude du contrat de travail

Rawpixel 584290 unsplash

Préambule : sujet hautement polémique, c’est mon avis et je le partage…

Certains possèdent du capital, mais la quasi totalité des humains ne possèdent qu’une seule chose: « leur temps ». Ce temps est compté, et quand on évoque le travail (en physique le travail c’est de l’énergie), force est de constater que notre capacité de travail à offrir est de plus ou moins 8 heures par jour, et, 1800-1900 heures par année, et ceci pendant 35-40 ans…

À l’époque ancienne, lorsque que l’homme était avant tout un laboureur (c’est à dire qu’il tirait ou poussait lui même la charrue…) , cet homme développait une puissance de travail physique de 40 watts, ce qui impliquait 10 heures/jour, 6 jours/semaine et 52 semaines/an, soit au total : environ 3120 kWh par an….ou bien 530 euros actuels ….par an !

La révolution du charbon, du pétrole et de la mécanisation (en passant par l’utilisation des animaux (un cheval égale 140 watts)), a rebattu les cartes et on a perdu cette notion de temps et de servitude….

Mais la servitude est toujours là au travers de notre contrat de travail. Nous offrons notre temps à notre employeur, à nos clients..

Au final, nous accordons trop peu de valeur à notre temps ! Car au delà de notre temps dédié au travail, la vie est également limitée. Notre espérance de vie est 83 ans environ, et notre vie au travail de 35-40 ans, soit la moitié. Cette moitié chargée d’assurer notre existence sur les 83 années de vie.

Imaginons que nous facturons 10 € de l’heure à un employeur, notre valeur est de 10 € l’heure..

Cette valeur horaire détermine le plafond du montant que nous allons gagner au final !

Ce plafond c’est notre temps ! Ni plus ni moins…

Peu importe que vous facturiez 10 € l’heure ou 100 € l’heure, ce plafond est là.

Nos revenus sont, pour la plupart des personnes, liés à notre temps et exclusivement à notre temps.

La servitude est complète. La preuve ?! Arrêtez de travailler, et attendez votre prochaine feuille de salaire…

La servitude sous contrat est une pratique ancienne selon laquelle les deux parties conviennent de lier une partie au service de l’autre.

En d’autres termes, le temps d’une partie appartient à l’autre des parties.

Elles sont toutes les deux d’accord et signent un contrat selon lequel une personne possède le temps de cette autre personne.

Le système d’emploi actuel fonctionne selon ce principe de la servitude contractuelle.

Lorsque nous le faisons, nous nous vendons à un autre, pour qu’il ait le contrôle de notre temps et stipule ce que nous pouvons et ne pouvons pas faire.

Tu veux une pause pour aller aux toilettes ?

Pensez-y, disons que vous travaillez dans un magasin depuis des heures, que vous avez une envie pressante.

Votre patron dit que non, c’est contre la politique et contre votre contrat….(une situation que j’ai connue à mes débuts dans la grande distribution…un centre avait même une pratique assez radicale, déposer un billet de banque en caution et ne demander la clé qu’une fois par jour…quand j’y repense ?! Incroyable …)

Vous avez perdu le droit d’aller pisser quand vous le voulez……

Whaouh !

Vous n’arrivez pas à récupérer du temps.

Lorsque nous vendons notre temps à un autre, ce dernier gagne en fait l’intérêt composé de nos efforts, il nous donne un peu d’argent, mais il obtient tous les avantages à long terme de la façon dont notre temps est dépensé et comment il influera sur l’avenir.

Un exemple : vous dessinez une pièce mécanique pour un équipementier automobile, cette pièce sera fabriquée pendant des années, mais vous ne serez concerné que par le temps de conception du départ. C’est ce qui diffère par exemple des écrivains ou des comédiens de cinéma, leur temps se prolonge dans le futur…et ils touchent les intérêts composés de leur temps…

Pour la plupart, nous ne pourrons jamais récupérer ce temps, il est perdu, disparu, ne pourra jamais être récupéré.

Nos employeurs tirent toute la valeur de notre temps, s’ils ne nous paient pas moins que ce que nous valons, ils ne peuvent pas faire de profit….

Échange de temps pour créer des actifs

L’alternative est d’échanger notre temps contre des actifs.

C’est là que nous investissons notre temps pour créer quelque chose qui peut se vendre encore et encore. Un peu comme l’écrivain (à succès bien entendu)…

Mais pensons également que certains au travail arrivent à imiter les écrivains à succès, ils deviennent des experts.

Un expert c’est un très grand professionnel, qui a accumulé plus de 10000 heures de savoir-faire, qui entretient sa valeur par l’augmentation de ses connaissances, et donc qui est capable de prétendre à une valeur temps bien plus élevée que d’autres…on en a un exemple en ce moment avec tous ceux qui maîtrisent des sujets très tendus comme l’intelligence artificielle, ce type d’expert à une valeur temps considérable. Leur marché est planétaire.

Lorsque nous faisons cela, nous n’avons potentiellement aucun plafond quant au montant que nous pouvons gagner ! Et plus nous avançons dans notre existence, plus ce raisonnement va trouver un intérêt.

Nous possédons dorénavant notre temps, de sorte que nous obtenons l’avantage composé de cet investissement. Notre temps devient un investissement pour créer des actifs.

Pourquoi beaucoup n’investissent pas dans la création d’actifs ?!

La création d’actifs implique souvent beaucoup de travail avec peu de récompenses au début.

En effet, prenons comme exemple la création d’un cursus de formation, beaucoup de temps pour poser les concepts, effectuer de nombreuses recherches, écrire, et réviser, tester, corriger, améliorer et enfin lancer la vente (ce que peut de personnes prennent au sérieux). C’est un capital temps d’investissement très conséquent et qui verra les choses évoluer comme suit :

Investissement 200 heures à 10 € l’heure, soit 2000 €

Première année 5 jours à 400 € jour, soit 2000 €, notre investissement commence à être amorti, mais on oublie les frais. Notre temps vaut toujours que 10 € l’heure.

C’est là que le support numérique et la formation online est précieuse, nos frais sont réduits et le public potentiel qui peut suivre notre formation est décuplé, sans limite géographique, à tel point que cette formation peut valoir sur Internet 40 € au lieu des 400 € en présentiel. Sans parler du bilan carbone…

Et vendre 100 formations à 40 € online c’est juste une prospective assez raisonnable, à la condition que le cours soit de grande qualité et réponde à un besoin.

Dans de domaine, il faut écrire son cours pour le mode online, proscrire PowerPoint, être à l’écoute de son public, créer selon les besoins exprimés, et là beaucoup de formateurs seraient surpris…d’ailleurs sur Internet, on ne parle de formateur mais d’instructeur ce qui est différent. Ah l’instruction ….

Avec le temps et la réputation que vous obtenez, vos élèves peuvent devenir assez nombreux, le bouche à oreille fait merveille, pensez-vous obtenir le même effet en contractant avec un employeur ?! En fait, le produit c’est vous !!!

En définitive, tous les emplois dont la rémunération est liée au temps de travail, sont interchangeables, n’y échappent que les experts dont le savoir et la compétence font la différence. Ces personnes qui sont « chassées » !

Mais si nous prenons le temps d’investir en nous-mêmes et de voir comment nous pouvons créer des actifs, en particulier des actifs numériques, là où il y a des opportunités massives en ce moment, alors nous pouvons gagner une vraie liberté dans nos vies et échapper au système de servitude par contrat…..