« Le danger Deutsche Bank. La banque qui peut faire sauter le monde ! » L’édito de Charles SANNAT – Insolentiae

« Le danger Deutsche Bank. La banque qui peut faire sauter le monde ! » L’édito de Charles SANNAT – Insolentiae :

Cet établissement est, pour reprendre les termes de sa dernière vice-présidente ayant jeté l’éponge tout en ayant été un peu jetée d’ailleurs également, « l’entreprise la plus dysfonctionnelle dans laquelle elle a travaillé ».
Il faut dire que dans la série je suis incompétent, la banque allemande fait assez fort.

Animation : Population mondiale par région De 1950 à 2100

Selon les projections les plus récentes des Nations Unies, la population mondiale passera de 7,6 milliards à 11,2 milliards de personnes d’ici 2100.

A ce niveau macro, la population mondiale augmente considérablement – mais au niveau micro, les chiffres sont partout sur la carte. On s’attend à ce que certains pays comme le Nigeria voient leur population quadrupler d’ici 2100, tandis que d’autres pays comme la Chine verront leur population diminuer de près de 40%.

Cela soulève la question suivante : en quoi les régions du monde sont-elles différentes en 80 ans, en termes de population ?

POPULATION PAR RÉGION (1950-2100)

L’animation d’aujourd’hui nous vient du géographe Simon Kuestenmacher qui a utilisé ces données de l’ONU pour montrer comment la population par région devrait changer au cours des prochaines années.

Courtesy of: Visual Capitalist

Le graphique montre une croissance démographique expansive en Asie jusqu’en 2060 environ, date à laquelle la population régionale culminera à environ 5,3 milliards d’habitants. A ce stade, le continent représentera 51% de la population mondiale.

En outre, la population de l’Afrique devrait continuer à croître jusqu’en 2100, date à laquelle elle se rapprochera du total de l’Asie. Comme nous vous l’avons déjà montré, l’Afrique abritera aussi beaucoup des plus grandes villes du monde à cette époque.

FACTEURS D’INFLUENCE

Bien que 83 millions de personnes s’ajoutent à la population mondiale chaque année, cette croissance démographique diffère grandement d’une région à l’autre. Par conséquent, il vaut la peine d’examiner deux facteurs principaux pour comprendre pourquoi c’est le cas.

Le premier est le taux de fécondité, qui a des implications évidentes sur la croissance démographique. Sur une base globale, ce taux (mesuré en nombre de naissances par femme) est proche de 2,5, et d’ici 2100, il aura chuté à 2,0.

Cependant, comme vous le verrez dans le prochain graphique, qui montre les taux de fécondité projetés, l’Afrique est la seule région qui aura encore un nombre élevé de naissances d’enfants dans 30 ans. Ce sera l’un des principaux moteurs du boom démographique du continent.

Fécondité totale en 2050 (naissances vivantes par femme)

La deuxième mesure qui joue un rôle important dans ces projections est l’espérance de vie. Pour chaque nouveau-né, combien de temps devrait-il vivre ?

Jusqu’à récemment, les seuls pays dont l’espérance de vie dépassait 80 ans se trouvaient en Europe occidentale, en Amérique du Nord et en Océanie, à l’exception notable du Japon. Toutefois, dans les décennies à venir, même les pays les moins avancés du monde se rapprocheront tous de ce même point de référence :

Espérance de vie en 2100 (années à la naissance)

LES 30 PROCHAINES ANNÉES

Selon ces mêmes estimations, on prévoit qu’entre 2017-2050, la moitié de la croissance démographique mondiale se fera dans seulement neuf pays (dans cet ordre) : Inde, Nigeria, RDC, Pakistan, Éthiopie, Éthiopie, Tanzanie, États-Unis, Ouganda et Indonésie.

Au cours de cette période, on prévoit également que la population de 26 pays africains doublera au moins.

Matières premières : La meilleure classe d’actifs de 2018 jusqu’à ce jour

Courtesy of: Visual Capitalist

Matières premières : La meilleure classe d’actifs de 2018 jusqu’à ce jour

Le supercycle des produits de base revient-il d’entre les morts ?

Pour l’instant, une telle revendication pourrait peut-être être considérée à la fois audacieuse et prématurée – mais il semble y avoir des preuves convaincantes qui s’accumulent pour l’étayer.

LA COURTEPOINTE DE L’ACTIF

Selon le plus récent « Asset Quilt of Total Returns » de Bank of America Merrill Lynch, les matières premières sont la classe d’actifs la plus performante de 2018 jusqu’à présent. Le graphique, qui montre le rendement total des catégories d’actifs au fil des ans, présente un rendement annualisé de 22,7 % depuis le début de l’année.

Juste derrière, il y a l’or, qui se situe à 11,6 % sur une base annualisée :

Rang Rendement total des catégories d’actifs (2018*)
1 Matières premières 22,7 % 22,7
2 Or 11,6 % Or 11,6
3 Actions (marchés émergents) 6,5% 6,5%.
4 Actions (S&P 500) 6,3 % 6,3 %.
5e rang des actions (Europe, Australasie, Extrême-Orient) 5,9 %.
6 Obligations mondiales (rendement élevé) 3,4 %.
7 Encaisse 1,4 % Encaisse 1,4
8 Obligations mondiales (Investment Grade) -2,0% -2,0%.
9 Titres du Trésor américain -5,7 %.
10 Immobilier -14,6 %*Ces rendements sont annualisés afin de les comparer à ceux des années précédentes.
Il est intéressant de noter que les matières premières n’ont pas été en tête du palmarès de BAML depuis les années 2000 et 2002, qui étaient au début du dernier supercycle des matières premières.

A DEEPER DIVE

Voici comment les produits de base se sont comportés de 2000 à 2018, selon les rendements annuels. Si le secteur des produits de base maintient le rythme pour le reste de 2018, ce sera la meilleure année pour la catégorie d’actifs depuis 2003.

Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

Pour diverses raisons, les matières premières ont rebondi au cours des trois dernières années.

Le retour des prix du pétrole a contribué à ressusciter le secteur. Ironiquement, la demande prévue de métaux provenant de l’énergie renouvelable – qui sera utilisée pour sevrer la société de la consommation de combustibles fossiles – est également un moteur massif derrière les produits de base à l’heure actuelle.

Non seulement les métaux de base comme le cuivre, l’aluminium et le nickel sont essentiels pour « l’électrification de tout », mais des matériaux moins connus comme le lithium, le cobalt, les terres rares, le vanadium, l’uranium et le graphite jouent également un rôle essentiel. Ils font tout, depuis les batteries au lithium-ion et au vanadium jusqu’aux aimants permanents qui produisent de l’électricité à partir d’éoliennes.

L’environnement d’investissement dans les matières premières est le meilleur depuis 2004-2008.
Goldman Sachs, février 2018

Il n’est pas surprenant de voir comment les métaux et les produits énergétiques se sont comportés depuis le 1er janvier 2016 :

Variation du prix des produits de base (depuis le 1er janvier 2016)
Vanadium 459 % Vanadium 459
Cobalt 277%.
Palladium 88%.
Pétrole (WTI) 86 %.
Nickel 72% Nickel 72%.
Aluminium 70 % 70
Cuivre 46 % Cuivre
Or 26 % Or
Argent 24
Gaz naturel 21 % 21
Platine 7% Platine
Charbon -8%.
Uranium -40% -40%.
Certains métaux mineurs, comme le vanadium, ont augmenté de plus de 400 % au cours des deux dernières années. Cela soulève la question suivante : quelle place pourrait-il rester pour l’appréciation des prix ?

POTENTIEL DE SUPERCYCLE

Comme Frank Holmes de U.S. Global Investors l’a décrit dans un article récent, le dernier boom a été si prolifique qu’investir dans un indice de matières premières (comme le S&P GSCI) en 2000 aurait permis d’obtenir l’équivalent de 10 % de rendement annuel pendant dix ans.

Il a également partagé ce graphique, qui montre le rapport en valeur entre les matières premières et le S&P 500 :

En d’autres termes, les matières premières semblent être plus sous-évaluées que jamais au cours des 20 dernières années, du moins par rapport aux indices boursiers tels que le S&P 500.

Même si le ratio ci-dessus revient à la médiane de 3,5, il est clair qu’il pourrait y avoir encore beaucoup d’opportunités disponibles dans le secteur pour les investisseurs.

La voiture autonome pourrait bouleverser l’immobilier

La voiture autonome pourrait bouleverser l’immobilier:

Donc, si de moins en moins de personnes possèdent une voiture, cela entraînera, de fait, une diminution du nombre de places de stationnement nécessaires. Autant d’espaces qui pourraient par exemple être reconvertis en surfaces constructibles dans des zones urbaines en forte tension. Dans la même logique, les logements individuels n’auront plus nécessairement besoin d’un garage, ni d’une allée, qui pourraient là aussi être exploités différemment pour étendre la surface habitable. Tout ceci reste évidemment de l’ordre de la spéculation et ne se vérifiera pas avant de nombreuses années. Mais cette approche décalée a le mérite d’élargir le spectre de la réflexion autour de la voiture autonome.

Depuis 2007 seuls les 10% se sont enrichis. – brunobertez

Le graphique ci dessous est intéressant car il explique pourquoi la reprise économique est faible, non auto entretenue . Il montre les limites techniques, pas les limites morales et sociales, des politiques monétaires qui visent à créer des effets de richesse afin de compenser l’érosion des revenus réels. La fortune, le patrimoine netde dettes des…
— À lire sur brunobertez.com/2018/04/01/depuis-2007-seuls-les-10-se-sont-enrichis/

Le Bitcoin a t-il un ancêtre nommé Nasdaq-Dot.com ?!

Certains comparent aisément la bulle du bitcoin de 2017 (qui est la 4ème bulle du bitcoin) à la bulle des Dot.com sur le marché du Nasdaq US. Cette époque avait vu se valoriser à peu près n’importe quoi à des niveaux stratosphériques. La plupart des valeurs des dot.com ont disparu suite à l’éclatement de la bulle mais de nombreuses sociétés sont néanmoins toujours là et certaines sont de plus les plus grandes entreprises mondiales par la taille des valorisations et des profits : Apple, Microsoft, Google, Amazon, etc….

On peut dire qu’il y a eu un écrémage mais Internet était là pour rester, et les technologies remplacées n’ont pas réellement combattu face à cette disruption majeure (Minitel, fax, télex, réseaux Novell, etc…)

Compare nasdaq bitcoin

N’en doutons pas, en quelques mois tout ce qui compte de dirigeants du monde bancaire ou des politiques chargés de la politique monétaire, ont déjà admis que la « technologie » des crypto-monnaies était là pour rester !

Bref, il s’agit en fait de choisir les dites technologies compatibles avec le monopole des banques centrales…mais au delà des crypto-monnaies, d’autres éléments technologiques sont eux également disruptifs, citons : la blockchain, les tangles, les smart-contracts….etc…tout cela va changer en profondeur l’économie mondiale. La devise fiduciaire physique sous forme de billets et pièces vit ses dernières années ou derniers mois. Tous les métiers de la transaction, souvent représentant de 30 à 50 % des économies développées seront touchés. Un autre phénomène actuel tient également à l’implémentation de l’intelligence artificielle, du machine learning et du deep learning dans tous les métiers, les grandes fonctions des organisations.

Ce dernier mouvement couplé à la révolution crypto va changer nos vies et très rapidement. Alors si 20000 dollars US pour un bitcoin a affolé les masses et les banquiers, attendez-vous à l’hystérie générale lorsque l’on atteindra 1 million 🙂 pour la future crypto agrée des autorités…mais uniquement pour ceux qui auront une bonne notation sociale 😦