A lire: pour être prêts (et à conserver) : vers l’argent fondant – brunobertez

Les déficits du gouvernement vont galoper, ils seront financés par la répression  monétaire monstre  : toute personne qui garde de l’argent est punie sévèrement .

C’est le sens , comme par hasard d’une étude de la Fed de San Francisco qui vient d’être publiée: elle dit que l’on aurait dû en 2009 passer tout se suite et très durement aux taux d’intérêt négatifs.

Il faut, la prochaine  fois, pratiquer des taux d’intérêt franchement négatifs il faut spolier ceux qui gardent de  l’argent et ne le dépensent  pas. On instaure l’argent bio degradable, l’argent fondant.

Le visionnaire Albert Edwards de la Societé Générale pense  que l’étude de la Fed de San Francisco est un ballon d ‘essai .

Il croit comme nous à la prochaine crise ,  à son caractère ravageur et il anticipe plutôt ce genre de mesure radicale : un déficit budgétaire énorme de 15% et des taux d’intérêt très négatifs.
— À lire sur brunobertez.com/2019/02/07/a-lire-pour-etre-prets-et-a-conserver-vers-largent-fondant/

Orange Bank, Banque postale… que valent les nouveaux crédits conso instantanés des banques ? – Capital.fr

Les crédits conso accessibles en un clic se multiplient. A manier avec précaution… , Un besoin de liquidités pour financer l’achat d’un véhicule, des travaux chez soi, un projet de voyage, de mariage…
— À lire sur www.capital.fr/votre-argent/orange-bank-banque-postale-que-valent-les-nouveaux-credits-conso-instantanes-des-banques-1282057

Le piège de la dette..

Impôt à la source : comment éviter que votre patron connaisse tous vos revenus

Impôt à la source : comment éviter que votre patron connaisse tous vos revenus:

En effet, après avoir déclaré vos revenus 2017, dans les prochaines semaines, vous connaîtrez votre futur taux de prélèvement. Or, ce dernier « n’est pas révélateur de vos revenus, ni de votre patrimoine », affirme Bercy dans une vidéo actuellement envoyée aux contribuables. Un même taux peut effectivement cacher des situations variées, en fonction des différentes sources de revenus du ménage, de la structure familiale, du nombre d’enfants à charge, etc. Dans son abondante documentation sur le sujet, le ministère des Finances affirme par ailleurs que, pour 9 salariés sur 10, le taux sera compris entre 0 et 10%. Dernier argument avancé par Bercy pour rassurer les salariés inquiets : dans une entreprise, le taux de chaque salarié « sera soumis au secret professionnel ».

Pour tout dire, cette évolution est potentiellement très toxique, c’est la fin de la liberté, notamment avec la fin du cash…

CHARLES GAVE : SOCIÉTÉ SANS CASH UN DANGER POUR VOTRE LIBERTÉ ?


La société sans cash arrive à grands pas, c’est une révolution mais pas celle que l’on pense….

Le cash c’est la liberté, l’état en effet n’a pas à savoir ce que vous faîtes de votre argent ! Et donc cette organisation latente de la fin du cash nous dit bien que nos gouvernements veulent la fin de notre liberté.

Certes certains vont dire que c’est plus moderne, qu’il faut vivre avec son temps, mais la vie sociale est tellement liée à l’argent que celui qui pourra être bloqué dans l’utilisation de son argent sera mis à mort socialement…pensez-y, un différend avec le fisc, la police ou n’importe quel organisme social et le blocage de votre compte bancaire vous mettra immédiatement en mode survie !

Nous y reviendrons, mais les contrôles portent déjà sur la nature de nos virements bancaires, nos dépenses doivent être justifiées de plus en plus souvent auprès de notre banquier, et ce dernier peut déjà vous empêcher de faire telle dépense..même si vous avez l’argent sur votre compte bancaire…

La fin du cash c’est aussi la fin de l’épargne, plus moyen de stocker de la valeur en dehors du système bancaire, nous sommes condamnés qu’à être des créanciers non prioritaires de la banque (lorsque nous déposons notre argent au comptoir, cet argent est immédiatement enregistré comme une créance vis à vis de la banque, nous lui prêtons sans intérêt…). c’est la raison qui parfois explique que la banque vous refuse un paiement, un virement….l’argent que vous lui avez prêté n’est plus disponible….

La suite ce sera des taux d’intérêts négatifs sur vos dépôts en banque…

« Les supermarchés ouverts à Paris 24h/24 !! » L’édito de Charles SANNAT | Insolentiae

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents, Lors de mon voyage estival annuel, qui est le seul moment où je peux aller réellement parcourir le monde pour observer, voir et analyser, ce qui me permet après de pouvoir partager avec vous tout au long de l’année, j’avais découvert en Italie avec une immense surprise
— À lire sur insolentiae.com/les-supermarches-ouverts-a-paris-24h-24-ledito-de-charles-sannat/

France, 2018 : l’occupant intérieur met le turbo par H. Seize

About Us
— À lire sur www.24hgold.com/francais/actualite-or-argent-france-2018–l-occupant-interieur-met-le-turbo.aspx

Cette force d’occupation n’a pas de temps à perdre en considérations oiseuses sur l’utilité sociale du travail, sur les besoins fondamentaux de l’économie, du commerce ou même, plus humainement, des besoins de base des individus : elle s’en moque. Ce qui lui importe est que tout le monde rentre bien comme il faut dans les cases qu’elle a construites, sans la moindre exception et que le moindre écart, aussi moral soit-il, soit lourdement sanctionné.

Mondialisme : La mise en esclavage des classes moyennes américaines par la Dette – Le blog A Lupus un regard hagard sur Lécocomics et ses finances

Mondialisme : La mise en esclavage des classes moyennes américaines par la Dette – Le blog A Lupus un regard hagard sur Lécocomics et ses finances:

Le problème avec la dette est qu’elle ne disparaît pas par magie. Lorsque le débiteur ne parvient pas à rembourser, il y a fatalement un créditeur qui doit encaisser une perte. Certains crédits auto et sommes empruntées par carte de crédit restent sur le bilan des prêteurs, tandis que d’autres ont été titrisés et vendus à des investisseurs. En revanche, les prêts étudiants sont presque tous garantis par les contribuables, ou directement financés par le gouvernement. (…) »