Infographie: Le paysage en évolution du risque commercial

Infographic: The Changing Landscape of Business Risk:

Courtesy of: Visual Capitalist

Dans l’ère moderne, le rythme des affaires est rapide – mais le rythme des changements technologiques est encore plus rapide.

Par conséquent, le paysage des risques commerciaux est en constante évolution, et tant les entrepreneurs que les investisseurs doivent être au fait des facteurs potentiels qui pourraient perturber leurs chances de succès. En même temps, ils doivent également être prêts à faire face aux nouveaux risques et à les atténuer au fur et à mesure qu’ils se présentent.

LES PLUS GRANDS RISQUES D’AUJOURD’HUI

L’infographie d’aujourd’hui nous vient de Raconteur et met en lumière les forces qui ont façonné le paysage du risque d’entreprise, tant aujourd’hui qu’à l’avenir.

En utilisant les données de l’enquête 2017 Global Risk Management Survey réalisée par la compagnie d’assurance Aon, elle montre les principaux risques d’entreprise selon 1 843 décideurs en matière de risques de 33 secteurs industriels dans plus de 60 pays.

Voici les principaux risques à partir de 2017, ainsi que la part correspondante des chefs d’entreprise qui se disent prêts pour chaque risque :

Rang (2017) État de préparation aux risques de l’entreprise

1 Dommages à la réputation ou à la marque 51%.
2 Ralentissement économique/reprise lente 30 %.
3 Accroître la concurrence 45 %
4 Modifications réglementaires/législatives 44 %.
5 Cybercriminalité, piratage, virus, codes malveillants 79%.
6 Défaut d’innover/répondre aux besoins des clients 59 %.
7 Incapacité d’attirer ou de retenir les talents 57 %.
8 Pertes d’exploitation 67 %
9 Risque politique/incertitudes 27 %.
10 Responsabilité civile 70 %

L’assureur a fait remarquer que bon nombre de ces principaux risques commerciaux n’étaient pas assurables et qu’en général, ces risques continuent d’avoir préséance.

Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

RISQUE COMMERCIAL FUTUR

Il est intéressant de noter que le sondage demandait également aux répondants de prédire les risques en 2020 en fonction des tendances et des conditions actuelles.

Voici la même liste, mais pour 2020, y compris les rangs actuels :

Rang (2020) Risque d’entreprise Rang précédent Rang (2017)
1 Ralentissement économique/reprise lente 2
2 Accroître la concurrence 3
3 Défaut d’innover/répondre aux besoins des clients 6
4 Modifications réglementaires/législatives 4
5 Cybercriminalité, piratage, virus, codes malveillants 5
6 Dommages à la réputation/marque 1
7 Défaut d’attirer ou de retenir les talents 7
Risque politique/incertitudes 9
9 Risque de prix des matières premières n/a
10 Technologies perturbatrices/innovation s/o
Les dommages au risque/marque sont tombés de la première place jusqu’à la sixième place, et deux nouveaux venus apparaissent pour la première fois : le risque de prix des matières premières et la technologie/novation perturbatrice.

Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

CYBERCRIMINALITÉ SURCONFIANCE

L’infographie de Raconteur indique également les plus grands risques à long terme pour les entreprises et les risques les plus sous-estimés. Ces deux documents proviennent d’un rapport 2018 du gestionnaire de fortune allemand Allianz, qui inclut les avis d’une sélection d’experts en matière de risques.

Les plus grands risques à long terme
1. Cyberincidents
2. Nouvelles technologies
3. Changement climatique/volatilité croissante du temps

Les risques les plus sous-estimés
1. Cyberincidents
2. Interruption de l’activité
3. Nouvelles technologies

Comme vous le remarquerez, le risque d' » incidents cybernétiques  » est en tête des deux listes.

Ceci est particulièrement intéressant, car dans l’enquête précédente auprès des chefs d’entreprise, le risque potentiel de « cybercriminalité, de piratage, de virus et de codes malveillants » était celui auquel les dirigeants se disaient le mieux préparés, avec un niveau de préparation de 79%.

Pourtant, les cyberincidents – dont l’impact annuel est estimé à 450 milliards de dollars par an – sont à la fois le principal risque à long terme et le risque le plus sous-estimé selon les experts du rapport Allianz.

Les chefs d’entreprise pourraient-ils être trop confiants face à ce genre de menace ?

Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

Comment les différents groupes d’âge perçoivent l’arbitrage entre le temps et l’argent

Courtesy of: Visual Capitalist

Le compromis entre le temps et l’argent

Le graphique de la semaine est un reportage hebdomadaire de Visual Capitalist le vendredi.

Chaque personne a ses propres valeurs lorsqu’il s’agit d’aborder son style de vie et sa carrière.

D’une manière générale, cependant, la plupart des gens ont un point de vue sur le compromis inhérent entre le temps et l’argent, ainsi que sur la question de savoir si ces précieuses ressources devraient être utilisées pour rechercher des expériences ou acheter des biens.

Le graphique d’aujourd’hui utilise les données d’une enquête mondiale menée par GfK Global auprès de 22 000 utilisateurs d’Internet dans 17 pays différents, ce qui a donné aux gens la possibilité de choisir s’ils apprécient ou non :

Le temps contre l’argent
Expériences vs. possessions

Nous examinerons d’abord les données américaines en mettant l’accent sur les différences générationnelles, puis nous présenterons les données internationales sur la façon dont cet arbitrage entre le temps et l’argent se manifeste d’un pays à l’autre.

DIFFÉRENCES GÉNÉRATIONNELLES

Si l’on se fie uniquement à l’âge, on peut supposer que les jeunes générations préféreraient « prendre l’argent et courir ». Après tout, les millénaires sont souvent stéréotypés comme une génération à court d’argent.

Il est intéressant de noter que ce n’est pas du tout le cas, du moins selon les données américaines :

Groupe d’âge Temps > Argent (% d’accord) Expériences > Possessions (% d’accord)
15 à 19 ans 24 % 46 %
20-29 ans 38 % 59 %
30-39 ans 38 % 57 %
40-49 ans 27 % 53 %
50-59 ans 26 % 47 %
60 ans et plus 20 % 52 %

Lorsqu’il s’agit de temps et d’argent, 38 % des tranches d’âge de 20 à 29 ans et de 30 à 39 ans préfèrent choisir le temps plutôt que l’argent. Il s’agit d’une proportion beaucoup plus élevée que celle des autres groupes d’âge. Étonnamment, seulement 20 % des personnes du groupe des 60 ans et plus avaient clairement une préférence pour le temps plutôt que pour l’argent.

En ce qui concerne les expériences et les possessions, c’était un cas similaire, les groupes des 20-29 ans et des 30-39 ans ayant la plus grande préférence pour les expériences. Ce n’est pas surprenant, et c’est un attribut millénaire bien connu de rechercher des expériences puissantes comme les voyages, les festivals de musique, les sports et les événements en direct plutôt que d’acheter de nouveaux biens matériels tels que des meubles ou une nouvelle voiture.

DIFFÉRENCES INTERNATIONALES

Comment les gens de différents pays abordent-ils les mêmes questions d’enquête ?

Le graphique international révèle des différences intéressantes au sujet de la valeur perçue du temps et de l’argent.

L’une d’entre elles se trouve entre deux nations asiatiques très proches l’une de l’autre. Les personnes interrogées en Chine avaient la plus grande préférence pour le temps par rapport à l’argent (41% sont d’accord), tandis qu’à l’est de la mer de Chine, au Japon, les résultats montrent la plus faible préférence pour le temps par rapport à l’argent (11% sont d’accord).

Autre différence culturelle intéressante : les pays d’Amérique latine ont tendance à considérer les expériences comme beaucoup plus importantes que le reste du monde. Le Mexique (57 %), l’Argentine (53 %) et le Brésil (49 %) se situaient tous bien au-dessus de la moyenne mondiale de 44 % pour ce qui est du choix des expériences plutôt que des possessions.

Ce graphique montre comment différentes générations investiraient 10 000 $.

Courtesy of: Visual Capitalist

Comment différentes générations investiraient-elles 10 000 $ ?

Le graphique de la semaine est un reportage hebdomadaire de Visual Capitalist le vendredi.

Si quelqu’un vous glissait un chèque de 10 000 $ et vous disait de l’investir, que feriez-vous de l’argent ?

Sans aucune condition, il existe une grande variété de façons d’utiliser cet argent.

Vous pourriez le considérer comme une aubaine ponctuelle qui pourrait consolider votre bilan personnel, ou vous pourriez le faire de façon beaucoup plus agressive. C’est de l’argent que vous ne vous attendiez pas à recevoir, alors pourquoi ne pas l’investir dans des actifs à haut risque et à rendement élevé ?

COMMENT INVESTIR 10 000 $ ?

Le graphique d’aujourd’hui est basé sur une enquête de LendEDU, qui a posé cette question exacte à 1 000 Américains en mars 2018 :

Question : Si on vous donnait 10 000 $ en franchise d’impôt et que vous aviez la possibilité de tout investir dans l’une des options suivantes, laquelle choisiriez-vous ?

Voici les résultats de l’échantillon dans son ensemble :

Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

Comment investir 10 000 $ ? % des répondants
Remboursement de la dette 27,3 %.
Immobilier 13,5 %
Compte d’épargne ou CD 12,2 %.
401(k) ou Roth IRA 9,9 %.
Bourse 7,2 %
Éducation de l’enfant 6,9 %.
Petite entreprise 6,2 %
Devise virtuelle 5.1%.
Enseignement 3,2 %

Note : Nous avons apporté de légers ajustements aux réponses originales, en combinant une catégorie à faible rendement (prêts P2P) dans la catégorie « Autres ».
Le remboursement de la dette (27,3 %) a été de loin la réponse la plus populaire. Il est également intéressant de voir que beaucoup de gens choisiraient de mettre les 10 000 $ pour leur propre petite entreprise, l’éducation, ou même des monnaies numériques comme Bitcoin, Ethereum, ou Litecoin.

Voici les mêmes données regroupées par génération :

Comment investir 10 000 $ ?
Millenials (18-34) – Gen X (35-54) – Boomers (55+)
Remboursement de la dette 22,4 % – 25,3 % – 33,1 %
Immobilier 15,1 % – 14,6 % – 11,2 %
Enseignement 9,9 % – 1,1 % – 0,3 %
Devise virtuelle 9,2 % – 4,0 % – 3,1 %
401(k) ou Roth IRA 8,5 % – 9,4 % – 11,5 %
Autre/Incertain 8,1 % – 8,6 % – 8,7 %
Compte d’épargne ou CD 7,7 % – 10,8 % – 17,1 %
Marché boursier 6,6 % – 8,1 % – 6,7 %
Éducation de l’enfant 6,3 % – 11,3 % – 2,8 %
Petite entreprise 6,3 % – 6,7 % – 5,6 %

Il est intéressant de noter que certaines réponses ont eu la même popularité à tous les niveaux pour toutes les générations.

Tous les groupes étaient également intéressés à investir dans leurs petites entreprises. La réponse la plus élevée est venue de la Génération X (6,7 %), mais les Millennials et la Génération X n’étaient pas loin (6,3 % et 5,6 % respectivement).

De plus, l’investissement dans le marché boursier a été assez constant, avec 6,6 % pour Millennials, 8,1 % pour la génération X et 6,7 % pour les baby-boomers. Tous ces groupes étaient surtout intéressés à le faire par l’entremise d’un conseiller financier humain, bien que la Génération X ait accordé aux robots-conseillers un taux de considération plus élevé (20 %) que les autres générations (11 % pour les millénaires, 4 % pour les baby-boomers).

DIFFÉRENCES GÉNÉRATIONNELLES

On peut s’attendre à des différences générationnelles. Par exemple, presque tous les baby-boomers (0,3 %) voulaient investir 10 000 $ dans leur propre éducation. C’est logique, car bon nombre d’entre eux sont déjà à la retraite ou sur le point de l’être. D’autre part, 9,9% des Millennials ont opté pour un investissement dans l’éducation.

Mais voici une situation qui pourrait être un peu plus particulière. On pourrait supposer qu’avec une dette étudiante de 1,5 trillion de dollars aux États-Unis, beaucoup de Millennials choisiraient de rembourser leur dette avec leur chèque de 10 000 $. Il est intéressant de noter que moins de personnes de la génération X (25,3 %) ou de la génération du baby-boom (33,1 %) ont choisi de rembourser leur dette que la génération X (25,3 %) ou la génération du baby-boom (33,1 %).

Dans le même ordre d’idées, les Millennials étaient plus susceptibles de choisir l’immobilier (15,1 %) ou la crypto-monnaie (9,2 %) comme investissement. Par contraste, regardez Boomers, un groupe qui avait 11,2% choisissent l’immobilier et seulement 3,1% choisissent la crypto.

Animation : Population mondiale par région De 1950 à 2100

Selon les projections les plus récentes des Nations Unies, la population mondiale passera de 7,6 milliards à 11,2 milliards de personnes d’ici 2100.

A ce niveau macro, la population mondiale augmente considérablement – mais au niveau micro, les chiffres sont partout sur la carte. On s’attend à ce que certains pays comme le Nigeria voient leur population quadrupler d’ici 2100, tandis que d’autres pays comme la Chine verront leur population diminuer de près de 40%.

Cela soulève la question suivante : en quoi les régions du monde sont-elles différentes en 80 ans, en termes de population ?

POPULATION PAR RÉGION (1950-2100)

L’animation d’aujourd’hui nous vient du géographe Simon Kuestenmacher qui a utilisé ces données de l’ONU pour montrer comment la population par région devrait changer au cours des prochaines années.

Courtesy of: Visual Capitalist

Le graphique montre une croissance démographique expansive en Asie jusqu’en 2060 environ, date à laquelle la population régionale culminera à environ 5,3 milliards d’habitants. A ce stade, le continent représentera 51% de la population mondiale.

En outre, la population de l’Afrique devrait continuer à croître jusqu’en 2100, date à laquelle elle se rapprochera du total de l’Asie. Comme nous vous l’avons déjà montré, l’Afrique abritera aussi beaucoup des plus grandes villes du monde à cette époque.

FACTEURS D’INFLUENCE

Bien que 83 millions de personnes s’ajoutent à la population mondiale chaque année, cette croissance démographique diffère grandement d’une région à l’autre. Par conséquent, il vaut la peine d’examiner deux facteurs principaux pour comprendre pourquoi c’est le cas.

Le premier est le taux de fécondité, qui a des implications évidentes sur la croissance démographique. Sur une base globale, ce taux (mesuré en nombre de naissances par femme) est proche de 2,5, et d’ici 2100, il aura chuté à 2,0.

Cependant, comme vous le verrez dans le prochain graphique, qui montre les taux de fécondité projetés, l’Afrique est la seule région qui aura encore un nombre élevé de naissances d’enfants dans 30 ans. Ce sera l’un des principaux moteurs du boom démographique du continent.

Fécondité totale en 2050 (naissances vivantes par femme)

La deuxième mesure qui joue un rôle important dans ces projections est l’espérance de vie. Pour chaque nouveau-né, combien de temps devrait-il vivre ?

Jusqu’à récemment, les seuls pays dont l’espérance de vie dépassait 80 ans se trouvaient en Europe occidentale, en Amérique du Nord et en Océanie, à l’exception notable du Japon. Toutefois, dans les décennies à venir, même les pays les moins avancés du monde se rapprocheront tous de ce même point de référence :

Espérance de vie en 2100 (années à la naissance)

LES 30 PROCHAINES ANNÉES

Selon ces mêmes estimations, on prévoit qu’entre 2017-2050, la moitié de la croissance démographique mondiale se fera dans seulement neuf pays (dans cet ordre) : Inde, Nigeria, RDC, Pakistan, Éthiopie, Éthiopie, Tanzanie, États-Unis, Ouganda et Indonésie.

Au cours de cette période, on prévoit également que la population de 26 pays africains doublera au moins.

Matières premières : La meilleure classe d’actifs de 2018 jusqu’à ce jour

Courtesy of: Visual Capitalist

Matières premières : La meilleure classe d’actifs de 2018 jusqu’à ce jour

Le supercycle des produits de base revient-il d’entre les morts ?

Pour l’instant, une telle revendication pourrait peut-être être considérée à la fois audacieuse et prématurée – mais il semble y avoir des preuves convaincantes qui s’accumulent pour l’étayer.

LA COURTEPOINTE DE L’ACTIF

Selon le plus récent « Asset Quilt of Total Returns » de Bank of America Merrill Lynch, les matières premières sont la classe d’actifs la plus performante de 2018 jusqu’à présent. Le graphique, qui montre le rendement total des catégories d’actifs au fil des ans, présente un rendement annualisé de 22,7 % depuis le début de l’année.

Juste derrière, il y a l’or, qui se situe à 11,6 % sur une base annualisée :

Rang Rendement total des catégories d’actifs (2018*)
1 Matières premières 22,7 % 22,7
2 Or 11,6 % Or 11,6
3 Actions (marchés émergents) 6,5% 6,5%.
4 Actions (S&P 500) 6,3 % 6,3 %.
5e rang des actions (Europe, Australasie, Extrême-Orient) 5,9 %.
6 Obligations mondiales (rendement élevé) 3,4 %.
7 Encaisse 1,4 % Encaisse 1,4
8 Obligations mondiales (Investment Grade) -2,0% -2,0%.
9 Titres du Trésor américain -5,7 %.
10 Immobilier -14,6 %*Ces rendements sont annualisés afin de les comparer à ceux des années précédentes.
Il est intéressant de noter que les matières premières n’ont pas été en tête du palmarès de BAML depuis les années 2000 et 2002, qui étaient au début du dernier supercycle des matières premières.

A DEEPER DIVE

Voici comment les produits de base se sont comportés de 2000 à 2018, selon les rendements annuels. Si le secteur des produits de base maintient le rythme pour le reste de 2018, ce sera la meilleure année pour la catégorie d’actifs depuis 2003.

Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

Pour diverses raisons, les matières premières ont rebondi au cours des trois dernières années.

Le retour des prix du pétrole a contribué à ressusciter le secteur. Ironiquement, la demande prévue de métaux provenant de l’énergie renouvelable – qui sera utilisée pour sevrer la société de la consommation de combustibles fossiles – est également un moteur massif derrière les produits de base à l’heure actuelle.

Non seulement les métaux de base comme le cuivre, l’aluminium et le nickel sont essentiels pour « l’électrification de tout », mais des matériaux moins connus comme le lithium, le cobalt, les terres rares, le vanadium, l’uranium et le graphite jouent également un rôle essentiel. Ils font tout, depuis les batteries au lithium-ion et au vanadium jusqu’aux aimants permanents qui produisent de l’électricité à partir d’éoliennes.

L’environnement d’investissement dans les matières premières est le meilleur depuis 2004-2008.
Goldman Sachs, février 2018

Il n’est pas surprenant de voir comment les métaux et les produits énergétiques se sont comportés depuis le 1er janvier 2016 :

Variation du prix des produits de base (depuis le 1er janvier 2016)
Vanadium 459 % Vanadium 459
Cobalt 277%.
Palladium 88%.
Pétrole (WTI) 86 %.
Nickel 72% Nickel 72%.
Aluminium 70 % 70
Cuivre 46 % Cuivre
Or 26 % Or
Argent 24
Gaz naturel 21 % 21
Platine 7% Platine
Charbon -8%.
Uranium -40% -40%.
Certains métaux mineurs, comme le vanadium, ont augmenté de plus de 400 % au cours des deux dernières années. Cela soulève la question suivante : quelle place pourrait-il rester pour l’appréciation des prix ?

POTENTIEL DE SUPERCYCLE

Comme Frank Holmes de U.S. Global Investors l’a décrit dans un article récent, le dernier boom a été si prolifique qu’investir dans un indice de matières premières (comme le S&P GSCI) en 2000 aurait permis d’obtenir l’équivalent de 10 % de rendement annuel pendant dix ans.

Il a également partagé ce graphique, qui montre le rapport en valeur entre les matières premières et le S&P 500 :

En d’autres termes, les matières premières semblent être plus sous-évaluées que jamais au cours des 20 dernières années, du moins par rapport aux indices boursiers tels que le S&P 500.

Même si le ratio ci-dessus revient à la médiane de 3,5, il est clair qu’il pourrait y avoir encore beaucoup d’opportunités disponibles dans le secteur pour les investisseurs.

Pourquoi la Big Tech trace une invasion du marché des soins de santé

L’idée d’utiliser la technologie moderne pour transformer l’industrie des soins de santé de plusieurs billions de dollars existe depuis longtemps.

En 1996, le légendaire entrepreneur de la Silicon Valley, Jim Clark, a lancé sa troisième start-up, Healtheon, qui se concentrait sur ce qu’il appelait le « Magic Diamond ». Le diamant représentait le marché des soins de santé de 1,5 $ aux États-Unis et sa forme provenait des médecins, des fournisseurs, des payeurs et des consommateurs qui se trouvaient dans les quatre points extérieurs.

Au milieu du diamant, Clark avait placé sa nouvelle société Healtheon, dont il s’attendait à tirer un immense profit en connectant le monde de la santé avec Internet.

AVANT L’HEURE ?

Healtheon a connu une introduction en bourse réussie au milieu de la bulle Dotcom, mais il n’a jamais été en mesure de réaliser véritablement sa vision audacieuse et originale. Alors que les signaux indiquant que les actions de Dotcom allaient imploser, l’entreprise naissante a fusionné avec WebMD en 1999.

Malgré le sort de Healtheon, le rêve de la technologie envahissant le marché de la santé continue de vivre – et aujourd’hui, de grandes entreprises technologiques comme Amazon, IBM, Alphabet et Apple ont toutes l’intention d’entrer dans le secteur de manière importante.

L’infographie d’aujourd’hui de Koeppel Direct montre comment tout cela se déroule, ainsi que les initiatives spécifiques que les grandes entreprises technologiques utilisent pour prendre pied dans un marché mûr pour le changement.

Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

Courtesy of: Visual Capitalist

Malheureusement, l’industrie semble avoir trop de paperasserie, de réglementation et de bureaucratie pour que cela soit possible de la manière conventionnelle. Au lieu de cela, ce sont les grandes entreprises comme Amazon, Apple, IBM et Alphabet qui cherchent à envahir l’espace.

Et pour les entreprises technologiques axées sur les grandes données, le marché des soins de santé est une occasion en or.

POTENTIEL DU MARCHÉ DE LA SANTÉ

D’après les chiffres, voici un aperçu du marché des soins de santé, et pourquoi les grandes entreprises de technologie veulent y participer :

Les dépenses mondiales de santé devraient atteindre 8,7 billions de dollars d’ici 2020.
Aux États-Unis, il y aura 98,2 millions de personnes âgées de 65 ans et plus d’ici 2060.
Le diabète affectera 642 millions de personnes dans le monde d’ici 2040.
70 % des entreprises de soins de santé investissent dans les technologies orientées vers le consommateur, comme les applications, la télésurveillance et les soins virtuels.
Les technologies vestimentaires pourraient faire baisser les coûts hospitaliers de 16 % en cinq ans.
La technologie de surveillance à distance des patients pourrait permettre au système de santé d’économiser 200 milliards de dollars au cours des 25 prochaines années.
Plus de 80 % des consommateurs affirment que la technologie du vêtement a le potentiel de rendre les soins de santé plus pratiques.
88 % des médecins veulent que les patients surveillent les paramètres de santé à domicile.
Les progrès scientifiques et la technologie ont déjà permis de sauver des milliards de vies à travers l’histoire, et maintenant il est temps de voir si les grandes technologies peuvent s’attaquer à la plaque en utilisant l’IA, la réalité augmentée, les grandes données et d’autres technologies pour faire plus de la même chose – surtout si cela aide ces entreprises à se rapprocher du centre du « diamant ».

Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

Les 5 plus grands risques de marché contre lesquels les milliardaires se protègent. JEFF DESJARDINS

Courtesy of: Visual Capitalist

Les 5 plus grands risques de marché contre lesquels les milliardaires se protègent. JEFF DESJARDINS le 22 mars 2018 à 11h56.

Si vous avez étudié l’histoire des marchés, vous savez que le sentiment peut tourner autour d’une pièce de dix cents.

Qu’il s’agisse d’un réveil inattendu comme l’effondrement de Lehman Brothers ou simplement l’éclatement d’une bulle trop grosse, les marées peuvent changer en quelques heures ou quelques jours.

C’est pourquoi des milliardaires comme Warren Buffett, Ray Dalio, Bill Gross, Paul Tudor Jones II et Carl Icahn prennent les précautions nécessaires pour se protéger contre ces fluctuations importantes et inattendues du marché.

5 RISQUES QUI EMPÊCHENT LES MILLIARDAIRES DE DORMIR LA NUIT

L’infographie d’aujourd’hui nous vient de Sprott Physical Bullion Trusts et met en lumière certains des risques de marché potentiels qui pourraient faire bouger les marchés, ainsi que la façon dont ces investisseurs d’élite se protègent pour protéger leur fortune.

Bien que tous ces risques de marché préoccupent les milliardaires, il vaut la peine de mentionner que ce genre d’événements est presque impossible à prévoir.

Malgré leur improbabilité, ils ont tous le potentiel d’avoir un impact sur les marchés – et c’est pourquoi les investisseurs d’élite sont toujours actifs dans la couverture de leurs investissements.

UNE NOTE SUR LA VALEUR NETTE

Pourquoi les milliardaires sont-ils si préoccupés – après tout, n’ont-ils pas beaucoup d’argent liquide pour se protéger ?

Il convient de noter que, sur une base relative, les milliardaires ne sont souvent pas très liquides du tout. En fait, la majorité de leur valeur nette est habituellement liée à des intérêts commerciaux ou à d’autres investissements, et la valeur de ces actifs fluctue en fonction du marché.

Cela signifie qu’un grand mouvement du marché pourrait anéantir des millions ou des milliards de dollars en quelques heures. Pour un exemple extrême de cela, il suffit de regarder Mark Zuckerberg, qui a vu sa valeur nette plonger de 6 milliards de dollars en une seule journée dans le sillage de la plus récente crise de sa société en matière de protection de la vie privée.

LES 5 GRANDS RISQUES DE MARCHÉ

Voici les risques qui empêchent les investisseurs de l’élite mondiale de dormir la nuit :

1. Le retour de l’inflation
Les banques centrales ont-elles maîtrisé la politique monétaire ou y a-t-il une chance que l’inflation revienne en force ? Après des décennies de tendance à la baisse, le milliardaire Carl Icahn dit que l’inflation rampante pourrait conduire à des taux d’intérêt plus élevés, ce qui, selon lui, serait  » difficile à gérer pour le marché « .

2. Dette record
Le chiffre le plus récent pour la dette mondiale est de 233 000 milliards de dollars, dont environ 63 000 milliards de dollars de dette du gouvernement central.

Bill Gross, le « Bond King », dit que notre système dépend de l’effet de levier, et les valeurs critiques qui l’affectent sont le niveau d’endettement, la disponibilité et le coût de l’effet de levier. Il a déclaré lors d’un récent entretien que « lorsqu’un ou plusieurs de ces facteurs se détériorent, la probabilité de succès et de stabilité du modèle diminue ».

3. Inquiétudes du marché obligataire
L’an dernier, 84 % des investisseurs ont déclaré que le marché des obligations de sociétés était surévalué – et 82 % ont déclaré que le marché des obligations d’État était surévalué.

Dans un récent entretien, le milliardaire de hedge funds Paul Tudor Jones II a prédit une chute des prix, affirmant que « les obligations sont les plus chères qu’elles aient jamais été, quelle que soit la métrique. Ils sont surévalués et surévalués. »

4. Cygne noir géopolitique
Les investisseurs d’élite continuent de s’inquiéter des surprises géopolitiques qui pourraient avoir un impact sur les marchés, comme une guerre commerciale avec la Chine. Nous avons examiné ce vaste sujet en profondeur dans notre infographie précédente sur les cygnes noirs géopolitiques.

5. Banques centrales trop zélées
Enfin, de nombreux investisseurs de classe mondiale sont également préoccupés par les répercussions involontaires des programmes massifs des banques centrales au cours des dernières années. Avec 13 billions de dollars d’assouplissement quantitatif total injectés sur les marchés mondiaux depuis 2008, les investisseurs s’inquiètent de la marge de manœuvre laissée par les banques centrales dans une situation où la « boîte à outils » de la banque centrale est nécessaire.

Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator